English Deutsch

Le journal d'Ukraine

sélection des infos du Net par Smily France-Ukraine

17 janvier 2007

avertissement à la russie

L’UE lance un avertissement aux oligarques russes

Pourquoi aujourd’hui précisément la police française a-t-elle voulu faire preuve de fermeté à l’égard de l’oligarque russe Mikhaïl Prokhorov et de ses amis qui passaient de tumultueuses vacances à Courchevel ? Leur interpellation est-elle une commande politique ou un simple concours de circonstances ?

"Il y a encore un an, c’était impossible". Cette phrase énigmatique émane d’un journaliste français spécialiste des relations russo-françaises et dont les sources d’information ont toujours été fiables.

En effet, regardons bien le contexte politique général. Quelles sont les associations que la Russie a suscitées chez les Occidentaux au cours des douze derniers mois ? D’abord, la "guerre du gaz" avec l’Ukraine. Ensuite, l’interminable suite de scandales avec la Géorgie. Les relations "particulières" de Moscou avec le régime iranien soupçonné de vouloir créer la bombe atomique. La mise en place d’une démocratie "souveraine" (ou "dirigée", comme disent les Occidentaux). Le meurtre d’Anna Politkovskaïa. Celui d’Alexandre Litvinenko, une affaire bizarre, embrouillée mais qui n’en est pas moins épouvantable. Et, cerise sur le gâteau, la nouvelle guerre énergétique, cette fois-ci avec les Biélorusses. Trop de mauvaises nouvelles pour une seule année.

Même Angela Merkel, traditionnellement plus amicale à l’égard de Moscou que les autres dirigeants européens, a changé de ton cette semaine en prononçant cette fâcheuse phrase : "La Russie commence à devenir un problème".

Mais comment peut-on résoudre ce problème ? L’Occident n’a pas beaucoup de leviers de pression réels sur le Kremlin.Un bon levier semble tout de même exister. Théoriquement, le scénario suivant n’est pas à exclure : des sanctions "ponctuelles" pourraient viser tel ou tel fonctionnaire russe ou entrepreneur lié au pouvoir. Rien n’empêche les Vingt-Sept d’interdire l’accès sur leur territoire. C’est d’ailleurs le sort qu’a connu l’entourage d’Alexandre Loukachenko.

Un scénario ultime, fantastique presque. Il est difficile d’imaginer ce que les autorités russes doivent commettre pour qu’on les mette dans le même panier que le régime de Loukachenko. Mais cette arrestation inattendue d’un des hommes les plus riches de Russie, avec menottes aux poignets et chiens policiers dans sa chambre d’hôtel... Si on nous avait conté une histoire pareille il y a un an, nous n’y aurions pas cru. S’agit-il d’un signal, d’un avertissement comme pour laisser entendre à Moscou qu’on ne tolérera plus son comportement ?

Source : http://www.armees.com

Mikhaïl Prokhorov, roi du nickel, playboy et plus riche parti de Russie

Le patron du géant minier russe Norilsk Nickel, Mikhaïl Prokhorov, en garde à vue à Lyon dans le cadre d'une enquête sur un réseau de prostitution puis laissé libre, est le plus riche parti de Russie et réputé pour les folles soirées VIP qu'il organise chaque année à Courchevel.

120107pr2

Le milliardaire a été, avec quatre autres personnes, interpellé mardi à Courchevel (Savoie) dans le cadre d'une affaire de prostitution présumée, puis présenté vendredi après-midi au parquet de Lyon.

A 41 ans, ce célibataire endurci, à la tête du leader mondial du nickel et du palladium, apparaît comme la dixième fortune de Russie avec 6,4 milliards de dollars et comme la 89ème mondiale selon le dernier classement du magazine Forbes. Ce beau brun au sourire diabolique, qui mesure près de deux mètres, avait promis, selon les médias, de se marier à 42 ans. Mais pour l'instant, il n'a ni compagne permanente, ni enfants, selon la presse.

Mikhaïl Prokhorov est réputé organiser des soirées chaudes avec des mannequins à Courchevel, station de ski prisée des Alpes françaises, lieu de pèlerinage des élites russes pour le Nouvel An et le Noël orthodoxe (7 janvier). Danseur infatigable, toujours entouré de belles femmes, le milliardaire vend de temps en temps une partie de ses actions chez Norilsk Nickel pour payer ses soirées où le champagne coule à flots, y compris pour remplir les piscines, selon la presse russe. Il est aussi amateur de basket-ball et finance le club russe CSKA, champion de l'Euroligue en 2006, après 35 ans d'infortune.

Né le 3 mai 1965 à Moscou dans une famille aisée --son père était chef d'un laboratoire et sa mère dirigeait une chaire dans un institut chimique-- Mikhaïl a été appelé sous les drapeaux à l'âge de 18 ans. Pendant son service militaire, il fait la connaissance d'Andreï Kozlov, futur vice-président de la Banque centrale russe qui sera assassiné en septembre 2006.Les deux jeunes hommes entrent ensemble au prestigieux Institut des Finances à Moscou et le terminent la même année, en 1989, deux ans avant la chute de l'Union soviétique. Dans cet institut, Mikhaïl fait d'utiles rencontres, notamment avec Alexandre Khloponine, futur PDG de Norilsk Nickel - avant M. Prokhorov - et aujourd'hui gouverneur de la riche région de Krasnoïarsk en Sibérie.

De 1989 à 1992, M. Prokhorov dirige un département de la Banque de coopération économique. Il consulte le groupe industriel Interros et fait la connaissance de son patron, l'influent Vladimir Potanine.Ce dernier lui propose en 1993 de prendre la direction de l'Onexim-Bank qu'il dirigera jusqu'en 2000. M. Prokhorov devient ensuite président de la Rosbank puis en juillet 2001 PDG du groupe Norilsk Nickel, contrôlé par M. Potanine. Le milliardaire a de bonnes relations avec le président Vladimir Poutine qui a affirmé lors d'une conférence de presse "soutenir" les projets ambitieux de Norilsk Nickel. Dans une interview à l'édition russe de Forbes en mars 2006, M. Prokhorov a exprimé son voeu de développer de nouveaux gisements et de "s'emparer de compagnies occidentales".

Le milliardaire avouait dans la même interview considérer la région de Norilsk, fief de sa compagnie dans les terres glacées du nord de la Sibérie, comme son "petit pays" et l'apprécier autant que Courchevel et la côte d'Azur.

Source : http://www.20minutes.fr

Posté par smily à 10:37 - international - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire